8 idées reçues sur les mafias italiennes

On en parle souvent de la mafia italienne… Mais que de clichés! Le grand boss italien avec le cigare cubain à la bouche, vraiment?! Petit tour d’horizon sur certaines idées reçues:

  • Il n’existe qu’une seule et grande mafia italienne. Eh bien non, il existe une multitude de mafias, c’est pourquoi les Italiens parlent toujours de ces organisations au pluriel : « le mafie ». Les trois mafias les plus tristement célèbres sont Cosa Nostra en Sicile, la ‘Ndrangheta en Calabre et la Camorra en Campanie.
  • Les mafieux sont des bandits mal organisés. Au contraire, les mafias sont des organisations criminelles, ce qui implique donc un certain niveau de structure et d’organisation. Cosa Nostra a ainsi une organisation pyramidale, et la ‘Ndrangheta une structure familiale. Leur principal objectif est la conquête du territoire, afin d’imposer leur pouvoir et d’obtenir le plus d’argent possible.
  • La mafia a toujours été considérée comme un fléau. Une des hypothèses souvent mise en avant est que lors de ses débuts au XIXe siècle, les mafias n’étaient pas considérées comme des organisations criminelles. Elles reposaient au contraire sur des principes louables comme la bonté, la famille, l’honneur, l’honnêteté et la justice. Elles étaient nées pour défendre les pauvres contre les abus de pouvoir des plus puissants. La fin de ces valeurs aurait été provoquée par Toto Riina dans les années 1980, un des hommes les plus violents de la mafia sicilienne Cosa Nostra.
  • Les mafias ne font que du trafic de drogues. Les activités mafieuses sont aujourd’hui très variées et recouvrent de nombreux domaines comme la vente d’armes, le blanchissement d’argent, la contrefaçon mais aussi le trafic d’organes, l’extorsion, la prostitution et les jeux d’argent. Cette économie souterraine représente entre 17 et 21% du PIB italien selon les estimations. La spécialité actuelle des mafias semble être les appels d’offre truqués, qui leur permet de s’accaparer des contrats tout en pratiquant des prix plus élevés ; on peut repenser au scandale Mose à Venise par exemple.

(http://www.courrierinternational.com/article/2014/06/12/venise-sous-les-eaux-de-la-corruption).

  • Les mafias ne polluent pas. Un écrivain italien, Roberto Saviano, a dénoncé en 2009 un des plus grands scandales écologiques italiens : la Terra dei fuochi. Cette zone, située en Campanie, abrite environ 14 millions de tonnes de déchets toxiques, enterrés ici par des entreprises mafieuses spécialisées dans le traitement des déchets. Ces déchets sont à l’origine d’une vague élevée de tumeurs ; le taux de mortalité due aux cancers a ainsi augmenté de 22% en 20 ans dans cette région. (http://www.lesechos.fr/18/12/2013/LesEchos/21587-048-ECH_a-naples–le-scandale-des-terres-empoisonnees.htm).
  • La population est impuissante devant les mafias. Les commerçants sont obligés, notamment à Palerme, de payer une taxe à la mafia locale. Ce « pizzo » commence à être largement contesté et une nouvelle organisation est née, Addiopizzo, pour soutenir les commerçants face aux risques encourus pour ceux qui refusent de payer la taxe. Leur slogan : « un peuple entier qui paie le pizzo est un peuple sans dignité ». Il existe également des organisations anti-mafieuses comme Libera. Cette ONG, créée en 1995 par Luigi Ciotti, connaît un grand succès en Italie. 200 000 personnes étaient ainsi descendues dans les rues fêter les 20 ans de cette organisation en 2015.
  • Rien n’est tenté pour arrêter les mafias. Falcone et Borsellino étaient deux juges siciliens ; ils sont le symbole de la lutte antimafia. Ils ont enquêté pendant des années sur les mafias et ont connu un grand succès : le « maxi-processo » de 1987, durant lequel 475 mafieux ont été condamnés. Leur assassinat respectif en 1992 a bouleversé profondément la grande majorité des Italiens. (http://www.humanite.fr/tribunes/quand-les-juges-falcone-et-borsellino-sont-victimes-de-la-mafia-496307)

Pour approfondir ce sujet :

Les mafias italiennes

http://www.iris-france.org/note-de-lecture/mafia-export-comment-les-mafias-italiennes-ont-colonise-le-monde/

https://www.youtube.com/watch?v=iDkwRD54Hq8

Chloé Allard- Contributrice CYI

Photo: Flickr

A propos Chloé Allard

Étudiant(e) (Audencia Nantes Ecole de Management)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *