Les entreprises internet doivent s’engager dans la voie de l’éthique (1ère partie)

Démarche:

 

Je me suis, comme beaucoup de personnes de la génération Y, intéressé à internet et à ses potentialités. J’ai conscience que ma vie sans internet serait radicalement différente. Facebook, Skype, Wikipedia ou Amazon sont difficilement remplaçables. J’ai assisté avec joie au cours des dernières années au développement des entreprises internet. Cependant, j’ai aussi découvert les travers de ces entreprises. Les problèmes de la véracité des informations, des propos  irrespectueux, de la protection des données, de la protection des plus vulnérables, et enfin du fait qu’il existe un gouffre entre l’éthique dans le monde réel et l’éthique dans le monde virtuel au dépens de ce dernier, tout cela m’a donné envie d’approfondir le sujet et d’apporter quelques éléments de solutions.

 

En parallèle, ma formation commerciale me permet d’aborder le sujet de l’éthique et des entreprises internet sous l’angle économique et mon intérêt marqué pour la politique me donne un regard politique. J’aborde enfin aussi partiellement les problèmes juridiques à l’aide de recherches dans la matière.

 

Le sujet s’articule en trois phases.  Premièrement, j’explique que l’éthique est présente chez les entreprises internet. Par la suite, je montre qu’il y a beaucoup de travers dans ce monde. Enfin, j’énonce ce qui peut être fait en matière d’éthique. J’évoque la nécessaire intervention de l’Etat car je pense que la loi et le jugement des managers sont complémentaires et doivent tous deux être abordés.

 

L’essai n’a ni pour but de faire un éloge outrancier des entreprises internet  ni de décrire une dystopie. Il vise seulement à comprendre comment le monde d’internet peut devenir un monde d’éthique.

 

La documentation s’est faite, en plus de l’utilisation de ma culture personnelle, principalement sur internet que ce soit avec des recherches d’experts, des articles de journalistes ou des écrits de collectifs de professionnels des affaires.

 

Le point de vue adopté est celui d’accorder une grande importance à la loi des différents pays et celui de penser que les acteurs économiques doivent prendre des mesures pour favoriser l’éthique en abandonnant le projet d’une liberté totale pour le bien commun.

 


 

L’essor récent d’internet propose aux entreprises un défi. Ce défi est d’apporter l’éthique dans ce nouveau monde. Le mot « éthique » dans la langue française vient du grec « ethikos » et « ethos » qui signifient moral et mœurs. Réfléchir sur l’éthique dans notre société, c’est donc se demander quelles mœurs et quelle morale nous voulons avoir et quelles sont les valeurs les plus à même de renforcer le lien social et de permettre l’avènement d’une société prospère. Viendra ensuite l’application de ces valeurs dans l’environnement. Avec Internet, les possibilités, que ce soit par exemple de faire fortune, d’échanger et de s’informer, sont presque infinies. Cependant comme dans tout nouveau monde, les règles n’ont pas encore été suffisamment établies. Comme aux Etats Unis au temps de la conquête de l’ouest, les hommes sans foi ni loi abondent. Poser des limites, instaurer des règles, réfléchir sur l’importance de l’éthique, telles sont les priorités que l’homme du XXI ème siècle doit avoir. Une bonne utilisation d’internet serait celle qui rendrait possible le développement authentique de la personne humaine. L’éthique est-elle donc présente dans ce nouveau monde? Et si ce n’est pas le cas, comment insuffler des valeurs ?

 

L’éthique est présente sur internet

 

Les entreprises internet appliquent une éthique différente

 

Internet représente un progrès pour l’humanité. Les frontières s’effacent, les coûts de fonctionnement des entreprises diminuent et l’accès à l’information s’accroit. En réalité c’est tout notre mode de vie qui est bouleversé. Pouvons-nous vivre de la même façon quand il est désormais aussi facile et aussi rapide de converser avec une connaissance à l’autre bout du monde par les réseaux sociaux que d’aller voir son voisin de palier ?  L’entreprise adopte-t-elle les mêmes comportements en « brick et mortar » (entreprise avec des boutiques physiques) et en face à face ? Face à un comportement nouveau, il peut être  légitime que les entreprises cherchent à appliquer une éthique de manière différente.

L’éthique est présente dans ce secteur. Les réseaux sociaux, par exemple, ont adopté un ensemble de règles et font appliquer à leurs manières leur système de valeurs. Mais ce qui différencie internet des autres secteurs est le nombre relativement peu important de législation étant donné son caractère récent et son extraterritorialité. Le fait que les Etats peinent à imposer à Facebook une stricte confidentialité des données l’illustre bien.

 

Une réflexion sur l’éthique est présente

 

Des déclarations sur le modèle de la déclaration universelle des droits de l’homme s’appliquant à internet sont apparues ces dernières années avec pour but d’établir des barrières à ne pas franchir et s’entendre sur ce qu’on peut ou ne peut pas faire dans ce nouveau monde. Le « Ten Commendments Computers Ethics » écrit par le Computer Ethics Institute aborde notamment les questions des vols, la considération de la valeur de l’être humain, la propriété intellectuelle et les conséquences sociales du programme qu’une personne créée. Un entrepreneur proactif, en plus des législations sociales, prendra en compte les déclarations comme celles-ci et les réflexions sur l’éthique pour, parfois, abandonner le projet s’il s’aperçoit que sa création peut être néfaste pour l’humanité, bien que son entreprise puisse dans le futur en tirer profit. On peut aussi citer la déclaration de liberté d’internet de 2012. Cette déclaration signée par de grandes personnalités et de grands acteurs tels Reporteurs Sans Frontières et Amnesty International, énonce des principes tels que la non censure, l’accès universel et la liberté de se connecter.

 

Internet et les entreprises internet ont un pouvoir majeur

 

Les entreprises internet ont une importance majeure dans le monde d’aujourd’hui. Par le bien être qu’elles apportent aux populations et la séduction orchestrée par leur originalité, ils ont une influence considérable. La moitié de la population mondiale utilise internet régulièrement et 30% utilise les réseaux sociaux régulièrement (global digital statshot aout 2015). On comprend donc la volonté d’instaurer des règles et une éthique fortes. Pour  76 % des responsables interrogés pour une étude Gfk, le web est devenu indispensable ou important pour leurs activités. L’enquête Gfk, ayant interrogé 8000 dirigeants, indique que 80% des entreprises de plus de dix salariés possèdent un site internet.

 

Jean Rosset – Nouveau contributeur CYI

 

Photo : fancycrave1 – Pixabay

A propos Contributeur CYI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *