Messagère de la bonne nouvelle

Aujourd’hui je suis passablement agacée. Agacée par tous ceux qui se plaignent de 2015. Tous ceux qui ne voient que le négatif. Tous ceux qui ne réalisent pas que, déjà, ils ont la chance incroyable d’être toujours en vie, et d’avoir pu vivre cette année. Laissez-moi maintenant vous parler concrètement.

 

  • Le 18 janvier 2015, le Pape François célèbre une messe sans précédent à Manilles devant plus de 6 millions de personnes.
  • Le 20 mars 2015, nous avons pu contempler la nature à l’œuvre lors de l’éclipse solaire visible.
  • Le 5 avril 2015, le Christ est ressuscité pour la 1982e
  • Le 1er mai 2015, l’exposition universelle de Milan a ouvert ses portes comme une ode au progrès et à la créativité.
  • Le 9 mai 2015, l’épidémie d’Ebola est déclarée terminée au Liberia.
  • Le 27 mai 2015, l’état du Nebraska abolit la peine de mort.
  • Le 1er juillet 2015, les Etats-Unis et Cuba rétablissent officiellement leurs relations diplomatiques.
  • Le 2 juillet 2015, André Borschberg bat le record de durée de vol en solitaire à bord de Solar Impulse 2.
  • Le 21 août 2015, des passagers, dont des militaires américains, font preuve de courage en désarmant un terroriste dans un Thalys entre Amsterdam et Paris.
  • Le 10 octobre 2015, le Père Mourad est libéré de la captivité de Daesh.
  • En novembre 2015, Aung San Suu Kyi remporte les élections législatives au Myanmar, telle un Gandhi actuel.
  • Le 8 décembre 2015, le Pape inaugure un Jubilé de la Miséricorde.
  • Le 25 décembre 2015, Dieu s’est fait homme pour la 2015e

 

Sans parler d’Abu Shuuja qui a libéré plus de 200 femmes victimes de Daesh entre la Syrie, l’Irak, et la Turquie ; du monde entier qui a prouvé être capable de s’unir pour la France ; de la prise de conscience européenne sur la crise des migrants…

 

 

Non, le monde n’a pas pris le chemin de la paix. Oui, 2015 a été une année difficile, je ne veux pas minimiser cela. Mais je refuse de me laisser prendre à votre vague de négativisme ingrate et totalement inconsciente de notre chance à tous d’être en vie, d’avoir été donné le droit à la vie (!). Cette année je l’ai passée à aimer, à prier, à pardonner, à tomber, à faire des erreurs, des mauvais et des bons choix. Bref, continuez comme vous voulez. De grâce, apprenez à vous émerveiller devant la vie qui naît, devant le miracle d’une moisson qui blanchit, devant votre capacité à agir et à changer les choses qui semblent tant vous déprimer.

 

En attendant, pendant que vous vous plaignez, moi, je vis.

 

Tàrà Polderman – Contributrice CYI

 

Photo : Tàrà Polderman

A propos Contributeur CYI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *