Taubira on t’oubliera

Enfin, cela faisait presque 4 ans que l’on attendait une bonne décision de Mme Taubira, la voilà, elle a démissionné la semaine dernière. Une sacrée désillusion une nouvelle fois pour Hollande et compagnie qui subissent encore une fois un choix qu’ils auraient pu prendre. Alors, sur les réseaux sociaux, les zélateurs de Christiane se sentent pousser des ailes et encensent la ministre dans des commentaires émouvants au possible qui, mené à son paroxysme, laisse entendre un « Taubira présidente ! ». Parle-t-on bien de la même Christiane Taubira ?  Celle que je qualifierais de pire Ministre de la Justice que la 5ème république a connu.

 

Il est temps de faire le bilan de ces quatre années de calvaire. Taubira, c’est avant tout l’exploit d’avoir réussi à diviser un pays des plus soudés en une seule réforme, le moderne « mariage pour tous », méprisant au passage des millions de « réactionnaires » descendus dans la rue. Mais, Taubira, c’est aussi un argumentaire tronqué qui consiste simplement à définir ses détracteurs comme racistes. Enfin, Taubira aura consacré son mandat à suivre un objectif aussi étrange qu’absurde : un affaiblissement démesuré de la justice.

 

Je suis conscient qu’il n’est pas agréable de remuer les vieux souvenirs, cependant il est nécessaire pour dresser ce bilan de faire la liste des mesures « phares » de l’ex-Garde des Sceaux. Je ne reviendrai pas une nouvelle fois sur le « mariage pour tous », qui a eu une couverture médiatique plus que suffisante. Passons donc à sa première réforme importante, promesse de campagne de Hollande, la suppression du Tribunal Correctionnel pour Mineurs (TCM). Une décision qui a provoqué des réactions de la part de tous les bords de la classe politique, ce qui est assez surprenant au vu du faible changement que va provoquer ce texte. On pourrait d’ailleurs parler de politique spectacle quand on s’arrange pour qu’une réforme qui concerne seulement 300 cas par ans sur 150 000 dossiers fasse la une de l’actualité politique pendant plusieurs semaines, cachant les problèmes des politiques structurelles menées par le gouvernement. Sur le fond, cette suppression montre à quel point la gauche n’est toujours pas prête à incarner les valeurs sécuritaires, malgré les dires du Premier Ministre, ce qui fait une fois n’est pas coutume le jeu du Front National. Continuant sur sa lancée de laxisme judiciaire, Taubira lance même en juin 2013 son projet de réforme pénale nous promettant une réforme définie succinctement par une formule aguichante : « la fin du tout-carcéral ». La réalité est malheureusement beaucoup moins idyllique : en effet, les mesures principales étant la contrainte pénale, la suppression des peines planchers, la césure pénale et la libération sous contrainte ce projet a pour principale conséquence d’affaiblir la puissance judiciaire.

 

Vous l’aurez compris je ne porte pas ce mandat dans mon cœur. Mais ne nous réjouissons pas trop vite et attendons plutôt les premières décisions du nouveau Garde de Sceaux : Jean-Jacques Urvoas. Juriste et professeur reconnu espérons qu’il le soit autant en tant que ministre.

 

Vincent Besnard – Nouveau contributeur CYI

 

Photo : Mathieu Delmestre – Parti socialiste / Flickr (licence)

A propos Contributeur CYI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *